Vision de la vie (prenez les 5 minutes pour aller jusqu’au bout de la lecture)

Vision de la vie (prenez les 5 minutes pour aller jusqu’au bout de la lecture)

On peut voir un texte, circuler de Holly Butcher, cette jeune femme qui à écrit un texte la veille de sa mort. (vous trouverez l’intégralité du texte et le lien ci dessous ). Autour de moi, de vous et dans les semaines qui se sont écoulées, nous avons été confronté à des décès prématurés  d’êtres chers, de piliers de vie. Des personnes jeunes ou moins jeunes en pleines forces de la vie.

De part mon parcours, cette fragilité de la vie je l’ai touchée, je l’ai vécue et loin de là, en me positionnant en censeur ou en détenteur de vérités absolues. Combien de textes émouvants, combien de post de vos contacts qui perdent leur proches, leur pilier, allez-vous partager pour vous rendre compte que la vie est vraiment fragile. Que l’on doit profiter de celle-ci, profitez des gens que l’on aime, qui nous aiment. D’arrêter les non dits, d’arrêter les “si j’avais su”, les questions qui amènent d’autres questions encore d’autres…  Le temps tourne, lui ne s’arrête pas.

Que faut il pour que enfin vous vous autorisiez le droit d’être heureux, de profitez de la vie, des personnes qui vous sont importantes dans votre quotidien.

Alors si nous demandions à Holly, à Laura, Dominque, Laurence, Patrick…… leur conseil de là haut ? Que nous diraient ils ? Si on avait une question, un conseil, quelles seraient leurs réponses ?

Bien sur on a des soucis, des problèmes, des tracas…. Leurs réponses ? Tu as de la chance d’avoir des soucis, car tu es en vie.  Moi aussi j’aimerais avoir mal au dos, avoir des tracas car je serais encore à tes cotés

Alors tout en respectant cette vie fragile, en respectant l’autre, sans la gaspiller profitez de l’ici et du maintenant. Vous vous construirez des souvenirs, un futur en accord avec vous, vos valeurs. Quand sera venu le temps de quitter cette bonne vieille terre, on le fera serein, avec le sentiment d’avoir laissé une trace dans notre univers.

Alors vous commencez quand à vivre votre vie ?

 

Bonne lecture ou relecture :

« Un petit conseil de vie de Hol : C’est une chose étrange de réaliser et d’accepter votre mortalité à 26 ans. Ça fait juste partie de ces choses que vous préférez ignorer. Les jours passent et vous imaginez qu’ils continueront à venir. Jusqu’à ce qu’arrive l’inattendu. Je me suis toujours imaginée vieillir, devenir ridée et grisonnante, vraisemblablement à cause de la jolie famille (avec beaucoup de bambins) que je projetais de fonder avec l’amour de ma vie. Je désire tellement cela que j’en ai mal.

C’est ça le truc avec la vie. Elle est fragile, précieuse et imprévisible et chaque jour est un cadeau, pas un droit donné. J’ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas partir. J’aime ma vie. Je suis heureuse… Je le dois à mes proches.

Mais je n’ai pas le contrôle. Je n’ai pas entamé cette « note avant de mourir » pour vous faire redouter la mort – j’aime le fait que nous ignorions pour la plupart qu’elle est inévitable. Sauf quand je veux en parler et qu’elle est traitée comme un sujet «tabou» qui n’arrivera jamais à aucun d’entre nous… Cela a été un peu dur. Je veux juste que les gens cessent de s’inquiéter des petits stress insignifiants de la vie et essayent de se rappeler que nous avons tous le même destin après tout, alors faites ce que vous pouvez pour que votre temps vaille la peine et soit merveilleux, sans les conneries. J’ai couché beaucoup de mes pensées ci-dessous car j’ai eu beaucoup de temps pour méditer sur la vie ces derniers mois.

Bien sûr, c’est au milieu de la nuit que ces choses surgissent au hasard dans ma tête ! Toutes ces fois où vous râlez à propos de choses ridicules (ce que j’ai vraiment remarqué ces derniers mois), pensez à quelqu’un qui est vraiment confronté à un problème. Soyez reconnaissant pour votre petit problème et surmontez-le. Il est normal de souligner que quelque chose est agaçant, mais essayez de ne pas faire perdurer cela et de ne pas affecter négativement la journée des autres. Une fois que vous ferez cela, sortez et prenez une grande inspiration d’air, cet air frais profondément dans vos poumons, regardez à quel point le ciel est bleu et à quel point les arbres sont verts. C’est tellement beau.

Pensez à quel point vous êtes chanceux de pouvoir le faire – respirez. Vous êtes peut-être restés coincés dans les bouchons aujourd’hui, ou vous avez mal dormi parce que vos beaux bébés vous ont empêché de dormir, ou votre coiffeur vous a coupé les cheveux trop courts. Peut-être que vous avez égratigné vos nouveaux faux ongles, que vos seins sont trop petits, ou que vous avez de la cellulite sur le derrière et que votre ventre est flageolant. Laissez tomber toute ces conneries… Je vous jure que vous ne penserez pas à ces choses lorsque ce sera votre tour de partir.

C’est tellement insignifiant quand on regarde la vie dans son ensemble. Je regarde mon corps maigrir à vue d’oeil sans que je ne puisse rien y faire et tout ce que je souhaite désormais, c’est que je puisse avoir un anniversaire ou un Noël de plus avec ma famille, ou juste un jour de plus avec mon partenaire et mon chien . Juste un de plus. J’entends des gens se plaindre d’à quel point leur travail est terrible ou d’à quel point il leur est difficile de faire de l’exercice. Soyez reconnaissant d’être physiquement capable de le faire. Le travail et l’exercice peuvent sembler des choses si triviales… jusqu’à ce que votre corps ne vous permette plus de faire l’un ou l’autre. J’ai essayé de vivre une vie saine, en fait, c’était probablement ma principale passion.

Appréciez votre bonne santé et le bon fonctionnement de votre corps, même si vous n’avez pas la taille idéale. Prenez soin de lui et appréciez à quel point il est incroyable. Déplacez-le et nourrissez-le avec de la nourriture saine. N’en devenez pas obsédé. Rappelez-vous que la bonne santé ne se limite pas au corps physique. Travaillez aussi dur pour trouver votre bonheur mental, émotionnel et spirituel aussi. De cette façon, vous pourriez vous rendre compte à quel point obtenir ce corps parfait stupidement représenté sur les réseaux sociaux est insignifiant et sans importance… Tant qu’on est sur ce sujet, supprimez tout compte qui apparaît dans votre flux de nouvelles et qui vous donne le sentiment d’être une merde. Ami ou pas. Soyez impitoyable pour votre propre bien-être. Soyez reconnaissant du fait que chaque jour vous n’ayez pas de douleur et même les jours où vous ne vous sentez pas bien avec la grippe, un mal de dos ou une entorse à la cheville, acceptez que ça craint, mais soyez reconnaissant que cela ne mette pas votre vie en danger. Râlez moins, les gens !…

Et aidez-vous davantage les uns les autres ! Donnez, donnez, donnez. Il est vrai qu’on est plus heureux lorsqu’on fait des choses pour les autres que pour soi-même. J’aurais aimé en faire plus. Depuis que je suis malade, j’ai rencontré les gens les plus incroyablement généreux et les plus gentils, et j’ai reçu les mots les plus réfléchis et les plus aimants de ma famille, de mes amis et d’étrangers. Plus que je ne pourrai jamais donner en retour. Je n’oublierai jamais ceci et serai toujours reconnaissante envers tous ces gens. C’est une chose étrange d’avoir de l’argent à dépenser à la fin… quand vous êtes en train de mourir. Ce n’est pas le moment où vous sortez et achetez des choses matérielles comme vous le feriez habituellement, comme une nouvelle robe. Cela vous fait réfléchir sur le fait qu’il est stupide de croire que ça vaut la peine de dépenser autant d’argent pour de nouveaux vêtements et de nouvelles « choses » dans nos vies. Achetez à votre amie quelque chose de gentil au lieu d’une autre robe, d’autres produits de beauté ou d’autres bijoux pour ce prochain mariage.

  1. Personne ne se soucie que vous portiez la même chose deux fois.
  2. Ça fait du bien. Invitez-la à déjeuner, ou mieux encore, préparez-lui un repas. Invitez-la à boire un café. Donnez-lui / achetez-lui une plante, un massage ou une bougie et dites-lui que vous l’aimez quand vous lui offrez. Respectez le temps des autres. Ne les laissez pas attendre parce que vous êtes nuls pour arriver à l’heure.

Préparez-vous plus tôt si vous êtes l’une de ces personnes et appréciez le fait que vos amis veuillent partager leur temps avec vous. Ils n’ont pas envie de s’asseoir seuls à attendre un ami. Vous allez gagner leur respect aussi ! Amen sœur. Cette année, notre famille a accepté de ne rien faire et malgré le sapin plutôt triste et vide (j’ai failli craquer au réveillon de Noël !), c’était tellement chouette parce que les gens n’ont pas eu la pression du shopping et ont concentré leurs efforts pour s’écrire une carte les uns aux autres. De plus, imaginez ma famille essayant de m’acheter un cadeau sachant qu’il leur resterait probablement sur les mains… bizarre !

Cela peut sembler nul mais ces cartes signifient plus pour moi que n’importe quel achat impulsif le pourrait. Cela dit, c’était aussi plus facile à faire dans notre maison parce que nous n’avions pas de petits enfants chez nous. Quoi qu’il en soit, la morale de l’histoire – les cadeaux ne sont pas nécessaires pour un Noël réussi. On continue. Utilisez votre argent pour des expériences… Ou du moins ne passez pas à côté d’expériences parce que vous avez dépensé tout votre argent dans des conneries matérielles.

Faites l’effort de faire ce voyage d’une journée à la plage au lieu de le remettre à plus tard. Trempez vos pieds dans l’eau et enfoncez vos orteils dans le sable. Mouillez votre visage avec de l’eau salée. Mêlez-vous à la nature. Essayez juste de profiter et d’être dans l’instant présent plutôt que de le capturer à travers l’écran de votre téléphone. La vie n’est pas destinée à être vécue à travers un écran ni à obtenir la photo parfaite… Profitez du foutu moment, les gens ! Arrêtez d’essayer de l’immortaliser pour tout le monde. Question rhétorique aléatoire. Est-ce que ces quelques heures passées à se coiffer et à se maquiller chaque jour ou à sortir en soirée en valent vraiment la peine? Je n’ai jamais compris cela à propos des femmes. Levez-vous tôt et écoutez les oiseaux pendant que vous regardez les belles couleurs que le soleil offre à mesure qu’il se lève.

Écoutez de la musique… écoutez vraiment. La musique est une thérapie. La musique d’époque est la meilleure. Câlinez votre chien. Là où je serai, ça va me manquer. Parlez à vos amis. Posez votre téléphone. Est-ce qu’ils vont bien ? Voyagez si c’est votre désir, ne le faites pas si ce n’est pas le cas. Travaillez pour vivre, ne vivez pas pour travailler. Sérieusement, faites ce qui rend votre cœur heureux. Mangez du gâteau. Zéro culpabilité. Dites non aux choses que vous ne voulez vraiment pas faire. Ne vous sentez pas obligé de faire ce que les autres considèrent comme faisant partie d’une vie épanouissante… vous pourriez désirer une vie banale et c’est très bien. Dites à vos proches que vous les aimez chaque fois que vous en avez l’occasion et aimez-les avec tout ce que vous avez. Aussi, rappelez-vous que si quelque chose vous rend misérable, vous avez le pouvoir de le changer – dans le travail ou l’amour ou quoi que ce soit. Ayez le courage de changer. Vous ne savez pas combien de temps vous avez sur cette Terre, alors ne le gaspillez pas à être misérable. Je sais que c’est ce qu’on dit tout le temps, mais ça ne pourrait pas être plus vrai.

Quoi qu’il en soit, c’est juste un conseil de vie, jeunes filles. Prenez-le ou laissez-le, ça ne me dérange pas ! Oh et une dernière chose, si vous le pouvez, faites une bonne action pour l’humanité (et moi-même) et commencez à donner régulièrement votre sang. Cela vous fera vous sentir bien avec le bonus supplémentaire de sauver des vies. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui est tellement négligé alors que chaque don peut sauver 3 vies ! C’est un impact énorme que chaque personne peut avoir et le processus est vraiment si simple. Le don de sang (plus de poches que je ne pourrais en compter) m’a aidée à rester en vie une année supplémentaire – un an que je serai toujours reconnaissante d’avoir pu passer sur Terre avec ma famille, mes amis et mon chien.

Une année durant laquelle j’ai vécu quelques-uns des meilleurs moments de ma vie… Jusqu’à ce qu’on se revoit… Hol Xoxo »

https://positivr.fr/lettre-vie-holly-butcher-philosophie/

Au revoir 2017 , Bienvenue 2018..

Au revoir 2017 , Bienvenue 2018..

En cette fin d’année 2017, je remercie et je porte un toast à tous les coups durs, mais aussi les bonheurs qui me sont arrivés cette année. C’est grâce à eux que je suis ce que je suis.

Ils m’ont forcé à lire, à chercher, à observer, à apprendre, à renoncer, à accepter, à voir les choses différemment et à me bâtir et à être acteur de cette année.

Tout cela m’a permis de sublimer mais aussi de transcender des moments difficiles. Les émotions négatives comme les émotions positives contribuent à nous libérer, à condition d’apprendre à les reconnaître, à les apprivoiser puis à les connaître et les appliquer.

Sans la prise de conscience de ces emmerdements ou de ces bonheurs, j’aurais passé une année comme la plupart des gens : je considèrerais mon année comme une année médiocre, je serais amer, je passerais mon temps à me plaindre et je ferais des reproches à tout un chacun.

Sans ces emmerdements et ces moments positifs, cette publication n’existerait pas, et vous n’auriez aucune raison de me prêter la moindre attention.

2017 m’a permis aussi d’avoir plus de patience pour certaines choses; je ne veux plus perdre de temps avec ceux qui me blessent ou avec ceux qui me déplaîent. Je n’ai aucune patience pour le cynisme, la critique excessive ni pour les exigences de nature quelconque.

Je ne veux plus plaire à ceux qui ne m’aiment pas, aimer ceux qui ne m’aiment pas et sourire à ceux qui ne veulent pas me sourire, ils n’auront rien de moi.

Je ne dédie plus une seule minute à ceux qui mentent ou à ceux qui veut me manipulent.
Je ne veux plus m’encombrer avec ceux qui ne savent pas donner un compliment et qui ne savent pas encourager. Et pour couronner le tout, je n’aurai plus aucune patience pour ceux qui ne méritent pas ma patience.

Je remercie donc de tout mon cœur toutes les merdes et les bonheurs qui me sont arrivés cette année !

Bienvenue 2018
J’aurai de la patience pour ceux qui me respectent, ceux qui n’auront pas les mêmes idées que moi mais où la notion d’écoute active et de partage à un sens pour eux. J’aurai de la patience pour ceux qui m’aiment et m’acceptent pour ce que je suis. On m’envoie du positif, je renvoie du positif. C’est binaire mais essentiel selon ma vision.

Je décide de vivre avec l’honnêteté, le respect, la communication et le rire.
Alors dans ce cas là, ma patience, mon énergie, ma joie de vivre sera contagieuse.

Le positif, le respect, la détermination seront mes leitmotiv pour 2018

En 2018, je souhaite et je vous souhaite de vivre de la joie, de l’amour, de la liberté ou toute autre émotion essentielle à vos yeux.
Je vous souhaite une santé de fer.

Je vous souhaite des instants présents, de la folie à n’en plus finir, d’être et de rester des cinglés, des marginaux, des rebelles, de ceux qui essayent de mettre les blocs ronds dans les trous carrés, ceux qui voient les choses différemment des autres.
Car grâce à vous et à moi, nous sommes suffisamment fous pour changer notre monde.

Pour 2018, Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fiers de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

HERVE TCHDRY

Merci à Steve Jobs, Meryl Streep, Jacques Brel et Larry Winget pour l’inspiration de ce texte.

Ayez l’audace de faire tout comme moi de nommer et citer les différentes sources et références. Partagez moi, diffusez moi sans modération.

 

” L’identité” , la clé essentielle de votre réussite.

” L’identité” , la clé essentielle de votre réussite.

L’identité est un des éléments clés sur lequel se construit votre confiance et votre estime.

 

Tout au long de notre vie, nous sommes à la recherche de savoir “qui on est”.

Pour certains d’entre nous, cette recherche s’apparente souvent à une quête. Mais au-delà d’une simple carte ou d’un papier donnant votre nom, votre prénom, votre date de naissance ou votre filiation : Qui êtes-vous réellement ?

Au fil des années, j’en ai fais ma spécialité : permettre à ceux que j’accompagne de savoir qui ils sont au plus profond d’eux-mêmes.

Tentons une approche :

Au cœur de l’identité, il y a le “moi authentique” : la réalité concernant ce que nous sommes et qui nous sommes. Mais ce moi réel (avec toute son étrangeté, ses marottes et son audace) se trouve enfoui sous une couche de honte, de peur, de culpabilité à propos de la personne que nous craignons d’être, l’image de soi négative.

Afin de s’assurer que les gens continuent à nous aimer, à nous approuver et à nous donner argent et amour ; nous ajoutons une autre couche au-dessus du moi redouté : la personne que nous prétendons être.

Si nous sommes de très, très bons acteurs, les autres ne voient de nous que cette dernière couche.

En fait, nous nous battons tellement vaillamment pour nous assurer que personne ne verra jamais le moi redouté qui se trouve juste au-dessous, que nous oublions complètement (parfois pendant des années) qu’un autre vrai moi étouffe sous tout cela.

De façon imagée, voilà ce que ça donne :

Le vrai moi est comme un diamant  , et lorsque nous grandissons, il se retrouve couvert de crottin de cheval   ; donc nous mettons du vernis à ongles     par-dessus pour essayer de nous rendre séduisant au monde. Si nous passions un peu de temps à dégager le crottin, les gens verraient que nous sommes de vrais diamants et nous n’aurions plus besoin de vernis à ongles !»

Donc si vous commencez à déterrer le vrai moi en dessous de celui que vous avez peur d’être et de celui que vous prétendez être (déterrer le diamant de dessous le crottin de cheval couvert de vernis à ongles), vous passez de la position de passager à celle de conducteur. Et lorsque le vrai moi conduit le bus, vous êtes plus à l’aise, vous vous amusez davantage et vous avez plus de vous-même dans votre vie.

Vous avez envie d’en savoir plus sur vous ? De vous connaitre mieux ? Alors laissez-moi vous offrir les trois premières minutes de mon audio sur l’identité (La version complète en comporte 10 mn)

 

 

Recevez immédiatement l'audio sur l'identité

 

 

 

La version complète de l’audio vous intéresse ?  Alors rendez vous ici  cliquez ici

 

« Une vie sans examen ne vaut pas la peine d’être vécue. » SOCRATE

La vie est ….

La vie est ….

Résultat de recherche d'images pour "mere teresa qui aide"

 

Voila un texte inspirant, d’une justesse et simple. Merci Mère Teresa.

La vie est une chance, saisis-la.

La vie est beauté, admire-la.

La vie est béatitude, savoure-la.

La vie est un rêve, fais en une réalité.

La vie est un défi, fais lui face.

La vie est un devoir, accomplis-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, prends en soin.

La vie est une richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est mystère, perce-le.

La vie est promesse, remplis-la.

La vie est tristesse, surmonte-la.

La vie est un hymne, chante-le.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une tragédie, prends la à bras le corps.

La vie est une aventure, ose-la.

La vie est bonheur, mérite-le.

La vie est la vie, défends la. 

Neymar JR et les 220 millions d’euros

Neymar JR et les 220 millions d’euros

Voilà un sujet de réflexion sur lequel j’aimerai partager ma vision de coach et amener un coté positif. Bien sûr, cela n’est que mon humble avis.

Comme beaucoup parmi vous, je trouve que le transfert de 220 millions d’euros pour ce joueur brésilien est exagéré à la limite de l’indécence.

Voilà 3 points que j’aimerai développer

Point N° 1 :

Il faut savoir que le PSG ou tout autre club de foot aujourd’hui (Barcelone, Marseille, Nice, Lyon…) sont des entreprises. Ces clubs sont gérés comme tels.

Comme toute entreprise, elle fait des investissements sur des produits dont elle espère que cela sera rentable. Je vous rappelle la définition d’une entreprise : “ACTIVITE COMMERCIALE RENTABLE“.

Donc pour elle, Neymar JR représente un « produit commercial », oui, j’ai bien dit “produit”

Le « produit phare » va générer des produits dérivés. (Disney avec ses films, Luc Besson, Apple, Facebook…).

C’est sur ces produits dérivés que l’entreprise espère trouver la rentabilité de son investissement. Comme, par exemple dans le cas du PSG, un maillot de football à 140 € a été créé (pour info plus de 10.000 maillots floqués au nom de sa recrue en une seule journée, ont été vendus).  Et donc l’entreprise PSG espère faire un maximum d’argent grâce aux produits dérivés. Le coût de leur investissement de 220 millions d’euros devrait être vite rentable. Bienvenue dans le monde du commerce !

Donc, l’humain, par moment, n’est pas raisonnable non plus. Quand on pense qu’il suffirait que :

– Les gens n’acceptent pas d’acheter ces produits dérivés à un tel coût.

– Les gens ne regardent plus le foot (audimat TV) ou encensent les joueurs lors des rencontres TV, pour que leur côte diminue. (cf Le Hand-ball ou rugby)

 

Le prix des transferts n’atteindrait pas de tel sommet. 

 

Point N° 2 :

Le fisc français va adorer.

220 millions ne vont pas dans les poches de Neymar Jr.

Rien que sur le transfert du joueur, Bercy pourrait empocher 100 millions d’euros de taxes. Par ailleurs, la star brésilienne à Paris pourrait toucher 35 millions d’euros nets de salaire par an. En cinq ans, le PSG paierait pour lui 137 millions d’euros d’impôts et de cotisations sociales et patronales. Au total, sur la période, 237 millions d’euros entreraient donc dans les caisses de l’État (on parle même de 300 millions sans compter les taxes sur les produits dérivés)

Cela compensera et renflouera le fait que des hommes politiques confondent les caisses de l’état avec leur caisse personnelle, je m’égare mais ça me démangeait ; ces messieurs voulant nous donner des leçons de morale.

Et pan !

 

Point N° 3 :

J’entends dire que 220 millions pourraient servir à nourrir des millions de personnes.

OUI à 200 %.

Mais on pourrait en nourrir plus.

Petit rappel :

Dans le commerce en général, on essaye d’avoir une marge de 50 à 60 %.

Prenons l’exemple des produits dérivés ou autres contrats publicitaires et prélevons simplement 1 €.

Sachant que l’investissement de 220 millions d’euros rapporterait environ le double soit  440 millions d’euros.

Et bien, on pourrait nourrir ou aider encore plus de gens se trouvant dans la nécessité.

CQFD.

Alors, si on regardait les choses sous un angle différent ?

Rappelez-vous ma petite fable : TOUT ARRIVE POUR LE MIEUX  cliquez ici pour la lire →

Chère Madame VEIL

Chère Madame VEIL

MERCI 

je suis Fan de ces personnages, aux  parcours humains hors du commun  qui forcent le respect autant par leur parcours ou leurs Valeurs.

 

Aujourd’hui, Vous  faites partie de ces grands personnages qui ont laissé une trace dans l’univers, mon univers, celui de la France et des femmes.

Vous avez connus les camps,  vous avez fait passé un loi  sur L’IVG en 1974  contre l’avis de tous. Devant des hommes qui ne comprenaient rien. ( remettons tous ça dans le contexte de 1974) Le député  Hector Rolland vous a reproché  d’avoir fait “le choix d’un génocide“, tandis que le centriste Jean-Marie Daillet évoquait des embryons “jetés au four crématoire”.  Quant à l’ancien maire de Nice, Jacques Médecin, il préfèrait parler à l’époque de “barbarie organisée et couverte par la loi comme elle le fut par les nazis“.

Pour seule réponse de votre part “Je crois qu’il ne connaissait pas mon histoire mais le seul fait d’oser faire référence à l’extermination des juifs à propos de l’IVG était scandaleux”,

Tout cela me dopait au contraire, confortait mon envie de gagner” 

Rien que pour ça Madame VEIL “MERCI”

  • Merci de nous avoir appris la persévérance.
  • Merci de nous avoir appris la résilience
  • Merci de nous avoir montré que face à  nos propres  valeurs, on ne négocie pas devant l’adversaire.
  • Merci de nous avoir appris la force de l’engagement.

Vous n’avez pas eu besoin de dire ce que vous étiez, vous incarniez ce que vous représentiez

“L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien ; c’est nous qui, pour le construire, devons tout lui donner, lui donner notre vie elle-même.” Simone VEIL